Critique du film d’horreur Black Christmas

Critique du film d’horreur Black Christmas

27 novembre 2020 Non Par SA

Cette fête de la peur a été une bonne surprise par rapport à ce que j’attendais au départ. Il s’agit d’un autre remake d’horreur (réalisé par les auteurs de “Destination finale” – un film génial), mais qui n’est pas comme tant d’autres ; il a réussi à trouver des atouts, comme “Le massacre à la tronçonneuse du Texas”. Il s’agit d’un remake du classique de Bob Clarke de 1974, “Black Christmas”, qui a été tourné quatre ans avant “Halloween” de John Carpenter. Certains fans affirment qu’il s’agit du film de slasher original.

De l’extérieur, il ressemble à un autre de vos films de base : “il y a un psychopathe qui hache une bande de filles, qui courent dans les escaliers au lieu de sortir par la porte”, et dans une certaine mesure, c’est la façon dont il est présenté qui est intéressante et attrayante.

L’histoire

Le tueur fou, Billy Lenz, s’échappe de son service psychiatrique et est déterminé à rejoindre la maison de son enfance, où il a été maltraité, avant Noël. Le problème, c’est que des années plus tard, la maison est devenue une maison de sororité. C’est la veille de Noël et les stars de l’adolescence et de l’horreur sont là pour l’accueillir, dont Melissa (Michelle Trachtenberg, célèbre pour son film “Buffy contre les vampires”), Heather (Mary Elizabeth Winstead, “Final Destination 3”), Dana (Lacey Chabert, “Mean Girls”) et Kelli (Katie Cassidy, remake de “When a stranger calls”).

Ce film est en fait assez bon, il y a un sentiment constant d’être observé qui le traverse et ajoute une étincelle aux frayeurs, et la tension est maintenue à un niveau élevé. Les actrices, bien qu’elles prononcent parfois des répliques horribles, en disent aussi de bonnes. Le jeu des acteurs est bon, et comme la plupart des actrices sont des stars, et la plupart d’entre elles des stars de l’horreur, le public ne devine pas laquelle va figurer au générique. L’histoire se construit bien et la tension monte, car le tueur téléphone d’abord aux filles, puis commence à les éliminer.

L’histoire est similaire à celle de l’original “Halloween”, avec un tueur qui rentre à la maison pour les vacances, mais il y a aussi de nombreuses photos P.O.V. similaires du tueur, qui observe les filles dans toute la maison. Le thème de Noël s’intègre parfaitement à l’intrigue et se retrouve par endroits (en particulier dans les flash-backs de l’enfance de Billy Lenz) comme le ferait le réalisateur Tim Burton. Le film devient de plus en plus sombre au fur et à mesure que nous avançons, avec des scènes très violentes, et la musique de Shirley Walker est géniale ; elle capture l’horreur et Noël dans une mélodie tordue. De plus, l’utilisation d’un éclairage rouge et vert tout au long du film (dû à Noël) est très cool et crée une atmosphère formidable.

Comme le film se déroule dans une maison de sororité, et que nous ne sommes plus en 1974, certains dialogues ne sont pas à la hauteur. Je ne peux pas imaginer que beaucoup de ces filles restent dans la maison avec un tueur en série fou, juste parce qu’elles ne peuvent pas trouver leur “soeur de sororité”, crédible en 2007 – triste, mais vrai. Malheureusement, il y a la scène obligatoire de la douche, mais elle sert à faire peur, pas à faire frissonner seulement, et ça marche.

Dès le début, vous pouvez dire que ce n’est pas votre habitude de faire des coupes sombres, il y a en fait une histoire, et nous nous retrouvons à nous occuper de certains des personnages, par exemple, Kelli, jouée par Katie Cassidy, est géniale ; de plus, si vous détestiez “Dawn” dans “Buffy contre les vampires”, vous allez adorer ce film.